Débuts du projet

on juillet 6 | in Mes boites | by | with 1 Comment

logo_lucystar

Après quelques négociations, mon école nous a autorisés, Vincent et moi, à continuer de travailler sur le projet Lucirius, et à ne pas partir en stage.

Mais les premières galères ont suivi aussi vites : aucun professeur de notre école ne souhaitait nous suivre et nous accompagner… Nous étions donc un peu seuls, à travailler sur un secteur que nous ne connaissions pas, et à développer un nouveau produit.

Rapidement, nous nous sommes rendus compte de notre incompétence pour le développement technique du produit et nous avons fait appel à un cabinet d’experts en plasturgie pour monter notre premier cahier des charges. Ce contact nous avait été fourni par notre conseiller Innov’Expert, Stéphane Barral, de la Chambre de Commerce de Lyon.

Le 1er RDV fût « mythique » : que d’incompréhensions entre l’expert et nous. Alors que nous lui parlions de cibles, de lolitas et de bijoux qui tiennent tout seuls dans les cheveux, il nous répondait dureté shore, coefficient de frottement ou d’allongement… Heureusement que Stéphane nous a aidé à réaliser les premiers dessins techniques !!!

Ensuite, nous nous sommes heurtés au refus systématique des fabricants français spécialistes des accessoires cheveux de la vallée d’Oyonnax…

Heureusement que Jean-Baptiste PAIN, qui nous avait été présenté par notre correspondante de L’Oréal, en a parlé à un copain qui travaillait dans un bureau de sourcing… car c’est finalement en Chine que nous avons fabriqué nos premiers produits ! Notre interlocuteur, français, croyait vraiment en notre produit et nous a permis de lancer nos produits.

Revenons sur ma rencontre avec Jean-Baptiste. C’est assez marrant. Alors que je venais de présenter mon idée des bijoux à L’Oréal, voilà quel avait été le commentaire : « L’idée est bonne, vraiment… Par contre, vous avez des goûts de chiotte… Je vais vous présenter un jeune talent qui réalise quelques tâches pour nous et vous verrez si ça colle… » Ce jeune talent, c’était Jean-Baptiste. Nous avons accroché… et 4 ans après, nous sommes toujours associés ! Jean-Baptiste a, de son côté, développé une société de communication : Léo & Mona.

Notre objectif était de proposer des bijoux pour cheveux originaux pour les jeunes filles et vendre ce produit dans des grandes chaînes spécialisées.

Mais pas si facile que ça…

Entre temps (moins de 6 mois après le début de l’aventure), mon premier associé, Vincent, a quitté la société… Raisons invoquées : « ça ne va pas assez vite et je veux gagner plus d’argent ! »

Un jour de printemps, je repassais dans les locaux de mon école et un professeur me demande des nouvelles. Coup de bol, j’avais un prototype sur moi et il a trouvé l’idée très sympa. Il m’a donc proposé de participer à un concours européen de Business Plan.

Mais c’était un concours de Business Plan réservé aux étudiants MBA…

Nous avons donc virtuellement agrandi l’équipe avec 2 MBA, Vincent (un nouveau) et Sandrine CAILLAT. Le feeling s’est plutôt bien passé.

Nous nous sommes rendus en Grèce pour présenter notre projet à un jury de professionnels composés de banquiers et d’investisseurs et face à des projets d’école prestigieuses comme INSEAD, London Business School…

Contre toute attente, nous avons remporté ce concours !!!

Dans l’avion du retour, je me suis rapproché de Sandrine, qui voulait créer sa propre société, pour lui proposer de rejoindre l’aventure avec moi… 6 mois après, elle intégrait l’équipe, pour mon plus grand bonheur.

Sandrine a aujourd’hui 42 ans, 20 ans d’expérience professionnelle, une formation dans le stylisme et Sandrine est une réelle directrice commerciale. Sandrine m’apportait aussi un peu plus de crédibilité auprès des interlocuteurs tels que les banques ou les institutions. Mais surtout, elle apportait toute son expérience, son sens du business et son organisation de travail.

Voilà ma 1e salariée depuis Janvier 2005 (que d’évènements depuis juin 2003).

Nous avons fêté le début de notre collaboration par la signature d’un contrat de distribution de 10.000 produits chez ETAM. Les bijoux Lucy Star étaient donc enfin en boutique… malgré 2 semaines de retard dans la livraison. Mais les animations de vente se sont très bien passées et nous avons été l’accessoire de mode le plus vendu dans les boutiques ETAM durant les 2 semaines qui ont suivi la mise en place des produits !!!

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

One Response

  1. […] ce blog, j’ai déjà parlé de mes problématiques d’associés et d’association : Association dans ma 1ère boîte Rédaction du 1er pacte d’associés de Sydo Départ de Ludo et nouveaux associés Sydo […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »

Scroll to top