Big boss (Sopranos)

Hey, c’est MA boîte ! I am a fucking BOSS !

on juillet 10 | in Mes trucs perso | by | with 1 Comment

Suite à une discussion avec un pote entrepreneur, je me suis rappelé à quel point le « statut d’entrepreneur » était à lui seul une rémunération au démarrage d’une entreprise.
En effet, ce statut est plutôt valorisé dans notre société et on soutient souvent ceux qui prennent des risques.
C’est un peu moins vrai quand l’entreprise se porte bien et qu’on est vu comme un « patron »… Mais cet instant de grâce peut durer quelques années tout de même.

Cela m’amène à plusieurs réflexions :
– Peut-on partager ce statut avec d’autres associés (minoritaires) ?
Je connais quelques copains qui n’ont pas envie de partager ce statut… C’est eux qui ont créé l’entreprise, c’est à eux, et uniquement à eux d’en retirer une certaine gloire (ou gloriole ?).
C’est dommage, car c’est aussi un moyen de motiver un associé, de lui prouver qu’il fait complètement partie de l’aventure et de le responsabiliser.
Et pourquoi avoir peur de partager ce statut ? Il n’y a rien à jalouser ! Et les personnes qui comptent pour vous savent très bien que vous êtes à l’origine du projet et que c’est vous « l’entrepreneur » !

– Doit-on écrire « fondateur/entrepreneur/directeur/boss » sur sa carte de visite ?
Ça me fait toujours beaucoup rire les entrepreneurs qui marquent « directeur » sur leur carte de visite, encore plus quand ils sont seuls ou juste associés au démarrage de leur projet.
Est-ce pour rassurer leurs clients ? C’est souvent l’excuse… Mais aujourd’hui, les clients ne sont pas dupes. Il suffit de regarder votre site web, votre fiche Societe.com pour s’apercevoir… que vous êtes directeur de vous-même !
Alors pourquoi se mentir ? De plus, pourquoi établir une hiérarchie sur le papier ? Cela peut être démotivant pour certains de vos collaborateurs (qui peuvent être plus expérimentés que vous) et, pour moi, dans une petite structure, un poste de directeur ne se décrète pas, c’est un statut qui se reflète dans vos actions et décisions.

– Etre entrepreneur, est-ce synonyme de réussite sociale ?
NON ! Créer une structure pérenne dans laquelle il fait bon travailler, dans laquelle les collaborateurs sont estimés et dignement payés, ça c’est une vraie réussite ! Celui qui a mis en place cette structure, pris les risques (financiers et humains) doit être valorisé pour cela. Et non pour avoir rédigé un beau business plan…

Conclusions :
C’est facile de rédiger un business plan (je connais quelques spécialistes autour de moi qui écrivent un nouveau business plan tous les 12 mois mais qui ne lancent jamais aucun projet) !
C’est un peu plus difficile de se créer un job d’indépendant (le challenge reste limité et peu créateur d’emplois) !
Mais c’est beaucoup plus dur de créer une entreprise « from scratch » avec des salariés (et non des freelances ou des stagiaires).

NB : Ce n’était pas le but au début de cet article… Mais ça m’a fait du bien de passer ces quelques coups de gueule !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

One Response

  1. Effectivement on sent le coup de gueule poindre au fur et à mesure ^^

    Perso chez Allocab on mets « Associé » sur nos cartes, c’est réaliste sans être trop ronflant, après au niveau de la relation avec les clients/partenaires/fournisseurs ont a préféré le terme « responsable » (responsable technique, responsable commercial, …) qui présente l’avantage de dire qu’on gère la partie mais sans être ridicule avec le terme « directeur ».

    J’ai aussi vu des cartes ou le titre n’est pas mis, juste la partie (ex: »Service technique »), pourquoi pas, ça permet éventuellement de dire au client « je voie avec mon responsable » pour temporiser (risqué si le pot aux roses est découvert mais j’ai déjà vu des gars le faire)

    Bien entendu tout cela n’est valable que pour une équipe, pour un entrepreneur solo, je serais partisan de ne rien mettre du tout si c’est un produit qui est vendu : nom, prénom, email, téléphone, nom de la société et pis c’est tout ! et si c’est un service qui est vendu mettre le métier (graphiste, consultant, formateur, …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »

Scroll to top