Mon associé, ce boulet !

Mes 6 plus grosses erreurs d’association

on juillet 22 | in Mes erreurs | by | with 10 Comments

Après relecture, la liste d’erreurs est assez effrayante… Mais si elle peut aider certains à les éviter, je la partage ! Je ne vise évidemment aucun de mes anciens associés, c’est bien moi qui ai fait les erreurs.

1) M’associer avec une personne parce que je ne me fais pas assez confiance pour y aller seul
Cela m’est déjà arrivé au moins 2 fois…
C’est dur d’y aller seul ! Alors j’ai souvent préféré partager le pouvoir.
En effet, comment justifier que j’ai + de parts/actions alors qu’on a un parcours assez similaire, des compétences équivalentes et un apport en capital identique ?
Dans ma première boîte, je me suis associé avec un bon copain de l’EM. Celui-ci a quitté le projet au bout de 4 mois… J’ai retrouvé d’autres associés, mais en faisant la même connerie de distribuer une grosse partie du capital de mon projet.
Par la suite, un ami « vieil entrepreneur » m’avait pourtant averti en me disant : « Sylvain, tu dois accepter d’être le chef, c’est toi qui tireras le projet et tu travailleras plus que ton associé. Alors, garde la majorité, fais pas de connerie ». Je ne l’ai pas écouté…
Et 18 mois plus tard, je me suis à nouveau planté et je me suis séparé de mon associé.

2) Ne pas connaître mes compétences… ni celles de mon associé !
Quand on lance sa 1ère boîte, il est assez difficile d’identifier ce sur quoi on est bon ou moins bon, surtout quand on démarre à 20 ans !
Alors il est très difficile de définir les rôles de chacun. On le fait plus ou moins artificiellement… Puis on se rend compte qu’on aime tous les 2 la même chose (le marketing, la gestion, le management…) mais qu’aucun des 2 n’aime faire du commercial !
Et comme aucun de nous 2 n’était chargé directement de faire du commercial, on se rejetait constamment la faute l’un sur l’autre.

3) Ne pas travailler dans le même endroit que mon autre associé
Difficile alors de partager les bonnes nouvelles, d’échanger sur les idées de développement et d’avancer rapidement. Chacun reste dans son coin, sans stimulation ni motivation. Il existe aujourd’hui de nombreux outils pour collaborer à distance mais on n’a jamais réussi à prendre le pli.
La prochaine fois, j’imposerai des moments d’échanges hebdomadaires.

4) Choisir un associé sur ces compétences et oublier l’humain
il faut chercher à s’entourer de personnes non seulement compétentes mais surtout des personnes avec lesquelles on a des affinités personnelles ! Quand il y a une grosse différence d’âge, des valeurs non partagées, de modes de vie opposés, cela peut être très compliqué de trouver des moments « off » pour discuter de tout, de rien… et faire avancer l’entreprise.
Avant de m’associer, je me pose désormais la question : « cela me ferait plaisir de faire un déjeuner non pro avec lui ? ». Si la réponse est négative… je passe mon chemin !

5) Ne pas avoir prévu de porte de sortie pour un associé « sale con »
Bon, c’est vrai que ce n’est pas évident de bien connaître son associé avant d’être vraiment dans le dur. Et là votre associé vous fait chier sur toutes vos décisions, ne participe pas assez au développement de l’entreprise, ralentit le projet… Sauf que quand ça m’est arrivé, je n’avais pas de (bon) pacte d’associés. Et là, rien à faire, il faut se traîner son boulet. Et essayer qu’il fasse le moins de mal possible aux autres associés et à l’entreprise !

6) Choisir des investisseurs sur leurs promesses et non sur mon ressenti
C’est le petit bonus (je n’avais prévu que 5 points initialement mais je ne peux passer sous silence ce ratage monumental). Lorsque j’ai fait mon pitch devant 9 investisseurs en 2005, 8 m’ont dit OK !
Surpris d’un tel succès, j’ai choisi mes investisseurs. J’ai pris les + gros, les + vieux et ceux avec le + de réseau. Sauf que j’étais un tout petit projet pour eux et ils ne m’ont jamais accompagné ni aidé… Alors que d’autres « petits » investisseurs étaient eux réellement prêts à m’aider. Mais je ne me suis pas assez écouté.

NB : Je suis resté très proche du seul investisseur qui avait dit NON, Gérald Enrico. Il m’avait justifié sa décision avec un doc de 4 pages reprenant nos principales faiblesses. Doc que j’avais balayé d’un revers de main en lui expliquant qu’il n’avait rien compris. Pourtant il avait anticipé tous nos soucis…

Les recherches courantes :

  • tableau de bord (241)

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

10 Responses

  1. […] Mes 6 plus grosses erreurs d’association | Sylvain Tillon, Entrepreneur | […]

  2. […] Mes 6 plus grosses erreurs d’association | Sylvain Tillon, Entrepreneur | […]

  3. Helka W. dit :

    Super intéressant merci! Je viens d’avoir deux amis qui viennent de me proposer une association dans mes propres boîtes et je suis donc en pleine évaluation / ecoute de tout ce qui se dit à ce sujet! J’ai toujours fait cavalière seule, c’est super nouveau pour moi! Mais j’avoue avoir la chance d’avoir un Papa qui m’a mise en garde super tôt contre pas mal de choses! La dernière en date: « si tu montes ton projet, qu’un ami embarque, même si tu l’aimes beaucoup beaucoup, tu ne sais pas ce qu’il va se passer dans 1 ans; donc quoiqu’il se passe, tu dois rester la propriétaire du plus gros % de capital. Le 50/50, ça marche pas… ». Facile à dire, moins facile à négocier! 😉
    Bref! Merci pour ce partage d’expérience!!!

  4. Renaud dit :

    Bonjours sylvain, je decouvre ton blog via le billet post mortem de guilhem….

    Tres bon blog bravo ! et concernant cet article en particulier, je ne peux qu’acquiescer sur Les 5-6 points…

    Je rajouterai :
    – ne jamais s’associer avec quelqu’un qui garde un job pépère salarié qui ne bosse sur ton projet que le soir, si toi tu es a plein temps dans le meme temps : il n’aura jamais les memes enjeux que toi, et donc l’implication psychologique sur le projet … Ça parait évident comme conseil, mais parfois on fait la connerie (je l’ai fait…) quand il nous manque une compétence indispensable (pour moi technique)…
    – caler avec les conjoints respectifs, les sacrifices qui seront faits pendant les 18 prochains mois… Notamment en terme de vacances a édulcorer etc….
    – eviter les friends and family d’une façon générale ou alors ménager leurs susceptibilité en les intégrant au capital ou au board (moins de 2% du capital)…
    – faire une entrée progressive au capital pour les associés qui ne démarre pas avec toi le projet : genre 5% tous les 6 mois + bonus pré levée de fonds
    – dans le pacte d’actionnaires (j’attends tes prochains posts avec impatience) : obligation de revente des parts au nominal si présence opérationnelle ne respecte pas les engagements prévus (faire une AGE dédiée tous les 3 mois)…

    Et puis quelques autres conseils auxquels je ne pense pas forcément maintenant : j’ai dailleurs prévu d’ecrire un billet sur le meme theme 😉

    Bon courage a tous les entrepreneurs et a tous les futurs associés 😉

  5. […] Mes 6 plus grosses erreurs d’association | Sylvain Tillon, Entrepreneur | […]

  6. steven dit :

    il faut chercher à s’entourer de personnes non seulement compétentes mais surtout des personnes avec lesquelles on a des affinités personnelles !
    « Quand il y a une grosse différence d’âge »
    ah ouhaii?!,
    donc impossible de m’associer avec Richard Branson, trop vieux, trop lent, trop éloigné de mon jeune esprit de 32 ans brillant ingénieur souhaitant faire des objets intelligents dans la smarthome…

  7. DAGAND dit :

    Bravo pour cet article ! C’est l’un des plus clair et synthétique que je connaisse. Merci pour vos commentaires qui ajoutent un vrai plus…
    Même si je suis consciente de tous ces sujets, vous m’avez permis de ne pas reproduire un nouvelle erreur.
    L’alignement des intérêts est clé. …il est structurel mais aussi tres psy. N’hésitez pas à vous faire accompagner d’un coach en développement personnel et de lui demander une presta de supervision mensuelle ou trimestrielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »

Scroll to top