apprendre à se connaître

Pour apprendre à se connaître, y a rien de mieux qu’entreprendre !

on juillet 8 | in Mes conseils | by | with 1 Comment

Après un parcours scolaire plutôt standard et réussi, je me suis retrouvé en école de management et tout semblait assez simple. J’ai eu la chance de rencontrer pas mal d’entrepreneurs qui ont réussi et je me suis dit : pourquoi pas moi ?
Bah oui, pourquoi pas ?
Je ne suis pas + con, je suis + jeune, j’ai + envie, j’ai + d’idées et j’ai + de temps !

Et alors j’ai sauté dans l’aventure entrepreneuriale !

Comme je n’avais pas trop de sous (comme beaucoup d’étudiants), il fallait que j’apprenne à me débrouiller seul. Alors je me suis mis à faire un peu de tout : de l’administratif, de la production, de la comptabilité, de l’informatique et du management. En gros, presque tout, sauf le commerce (cf mon article précédent).

C’est là qu’on découvre qui on est, ce qu’on sait faire, pas faire et ce qui nous éclate.
Cette phase peut être un peu longue, douloureuse… et coûteuse !
Il est à la fois difficile de s’avouer nos faiblesses, mais aussi de se rendre à l’évidence qu’il faut trouver une solution rapide.

En effet, s’il me fallait 4 jours pour traiter ma comptabilité mensuelle, cela ne prenait que 2 à 4 heures pour un spécialiste de la compta. D’une, je n’étais pas efficace, de deux, ça me faisait profondément chier (l’un est sûrement relié à l’autre) ! Et j’aurais mieux consommé ces 4 jours en travaillant sur un de mes points forts plutôt qu’à essayer de limiter la casse sur un de mes points « faibles ».

Peut-on apprendre à se connaître avant d’entreprendre ?
Je n’en suis pas convaincu… D’après mon expérience, quand on entreprend, tout est exacerbé (les qualités comme les défauts), et rapidement cela se voit.
Alors que quand on est salarié, on ne prend pas toujours le temps (à tort ou faute d’un management adéquat) de se poser pour réfléchir sur les rôles sur lesquels on performe et ceux sur lesquels nous ne sommes pas efficaces…

Conclusions :
1) Plutôt que faire un bilan de compétences, entreprenez !! (et tant pis si vous vous plantez)
2) Dès que vous identifiez vos points forts et faibles, il faut savoir sous-traiter ou externaliser tous ces points faibles pour ne se concentrer que sur ses points forts !
3) Forcez-vous à vous tester sur certains rôles… Peut-être allez-vous vous découvrir un talent que vous n’imaginiez pas !

NB : On apprend également beaucoup à connaître l’autre quand on entreprend à plusieurs (cf mon article sur l’association)

Les recherches courantes :

  • APPRENDRE (26)
  • apprendre à se connaître en entreprise (1)
  • apprendre pour entreprendre (1)

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

One Response

  1. […] ni celles de mon associé ! Quand on lance sa 1ère boîte, il est assez difficile d’identifier ce sur quoi on est bon ou moins bon, surtout quand on démarre à 20 ans ! Alors il est très difficile de définir les rôles de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »

Scroll to top