créer une société à 2

S’associer avec son conjoint : est-ce une super idée pour foutre en l’air sa boite et son couple ? (version de Clarence)

on juillet 17 | in Mes conseils, Mes trucs perso | by | with 3 Comments

C’est mon 1er article sur ce blog !

Pour réussir un beau couple, on dit toujours qu’il faut être complémentaire : quand l’un s’énerve tout le temps, l’autre est plus calme, quand l’un est très économe, l’autre dépense sans compter, quand l’un est très sociable et parle avec tout le monde, l’autre n’aime pas les gens…

Mais au-delà de la complémentarité, un couple partage aussi des valeurs de base communes. On a le même projet de vie, à peu près les mêmes idées sur la religion, la politique, ce qui est bien ou ce qui est mal et, mine de rien, c’est essentiel d’avoir cette vision commune entre associés.

Bref, un beau couple bien réussi passe par une complémentarité pour rééquilibrer les excès de chacun et des valeurs communes pour arriver à être d’accord sur les grands principes.

Moi, je peux être très excessive et perdre le contrôle quand une personne m’énerve, Sylvain arrivera toujours à maîtriser la situation et à mettre les rondeurs qui me manquent car il déteste par dessus tout les situations conflictuelles. Nous ne sommes pas toujours d’accord sur la manière de gérer les choses mais je pense qu’à ses côtés je m’améliore et je mets, petit à petit, un peu d’eau dans mon vin. A l’inverse, je suis convaincue que ma spontanéité et mon caractère entier a permis de désamorcer de nombreuses tensions qu’il aurait fait semblant de ne pas voir. En fait, je pense que l’on aime aussi l’autre parce qu’il nous rend moins bête.

Histoire de couple

Pour moi, s’associer avec son conjoint, c’est mettre cette complémentarité au service d’une entreprise. Cependant, il faut être vigilant à deux niveaux :
– Avoir un rapport d’égal à égal, sinon cela peut déséquilibrer le couple. L’objectif est que chacun puisse exprimer sa complémentarité, son point de vue et que celui-ci ait exactement le même poids. Alors oui, il y a des engueulades mais au final les choix et les décisions sont mesurées avec une meilleure intelligence.
– Avoir chacun un rôle clairement défini avec des domaines d’expertise spécifiques.
Dans mon cas, c’est Sylvain qui s’occupe de la partie financière et commerciale. Mon rôle est de trouver et de gérer les ressources internes pour produire ce qu’il a vendu ! J’ai bien conscience de mes propres limites et des domaines dans lesquels il est bien meilleur que moi. J’ai toujours été impressionnée par la capacité de Sylvain à avoir tous les chiffres de la boîte en tête : il peut te dire à n’importe quel moment de l’année où nous en sommes en termes de CA, de marge brute, de résultat, etc. De mon côté, je ne suis pas capable de faire une addition simple sans ma calculette et je suis une très mauvaise commerciale : je manque de rigueur (donc je ne relance jamais les clients !) et j’ai du mal à vendre du rêve : je décris bêtement ma méthodologie, ce qui n’est pas très sexy…

Autre avantage non négligeable, (encore une fois si tout va bien) un couple se parle et échange beaucoup, ce qui permet aux dysfonctionnements de se régler plus rapidement. Quand on s’associe avec quelqu’un que l’on ne voit que dans un cadre de travail, cela peut être beaucoup plus simple de ne jamais parler des choses qui fâchent, les relations peuvent se dégrader petit à petit sans que personne ne prenne le temps de les régler.

Alors certains pourront dire : « moi mon couple fonctionne très bien et j’ai peur que si on s’associe, de nouveaux conflits apparaissent et gâchent notre relation. » Pour moi, c’est un faux problème. Partager une entreprise ensemble c’est partager un vrai projet commun qui constitue un véritable ciment pour le couple, au même titre que partager un projet de vacances, la recherche d’un appartement et même l’éducation d’un enfant.

Il faut cependant rester vigilant pour ne pas tout mélanger. Lorsque l’on rentre chez soi, il est important d’avoir d’autres projets ou activités communes et savoir mettre le travail de côté pour de bon. Moi je n’ai pas de difficultés à appliquer cette règle mais j’en connais d’autres pour qui c’est beaucoup plus compliqué…

NB : La version de mon chéri est ici.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

3 Responses

  1. […] Avec Clarence, on a décidé de rédiger chacun notre article pour donner notre point de vue. Celui de Clarence est accessible ici. […]

  2. […] S’associer avec son conjoint […]

  3. Pons dit :

    Bon, c’est très bien tout ça ! Et je dois bien reconnaitre que, du point de vu d’un salarié SYDO, tout ça semble très bien marcher ! Chacun a sa place et surtout la même vision de son ‘entreprise,. Toutes les décisions sont alors prises dans un intérêt « supérieur » que vous partagez. Et c’est sans doute cette volonté commune qui cimente tout ça.

    Pour autant attention. Si SYDO peut effectivement se targuer d’être une famille où il fait bon grandir, qu’en est il lorsque les parents se séparent ? Que deviennent les enfants ? Je n’ose filer la métaphore jusqu’à la garde partagée… 🙂

    La bonne bise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »

Scroll to top