Aymeric Chanteloup

[LEGREENER] Pivots et changements d’activité

on octobre 30 | in Mes projets "entrepreneuriat" | by | with No Comments

Dans mon dernier article, j’expliquais certains points des mésaventures passées de ma première société.
A la demande de certains, il est temps de revenir un peu plus en détail dessus.

L’aventure Legreener fut parsemée d’embûches, de changement d’activité, elle fut mis à mal à cause une série d’erreurs et parsemées de problématiques tant extérieures qu’intérieures.
Pour comprendre tout ce qui a amené à cette situation, il faut appréhender plusieurs facteurs distincts, via différents focus.

Chronologiquement tout d’abord, pour comprendre les tenants et aboutissants :
Legreener fut créée rapidement (4 mois d’étude du modèle économique et 2 mois de mise en place et recrutement de l’équipe d’origine), palliant le manque de temps par des ressources humaines fortes dès le début de la première activité (l’achat groupé bio pour rappel !). Mais, qui dit personnel dit charges assommantes, donc du personnel peu qualifié ou peu expérimenté pour limiter les investissements initiaux.

e-commerce

Un début en trombe, avec une équipe qui voit ses besoins se développer à tous les niveaux, donc une situation instable, malgré des idées novatrices et un enthousiasme à toute épreuve !
Une période, où le mot startup prend son sens en ce qui concerne l’ambiance de travail, mais aussi des bouleversements constants, où chacun a peu de temps pour trouver sa place dans une nouvelle équipe, où les moyens n’ont pas le temps de suivre, donc parfois solutionner des problèmes naissants par des astuces dignes d’un bricoleur entrepreneurial ! Bref, toute la beauté de la création dans l’univers du e-Commerce.

clauses d'associés avec les investisseurs

Seul problème, le temps. Nous manquons cruellement de temps, et à ce moment précis je me retrouve devant un choix : remercier une partie de mon personnel et garder le strict minimum le temps d’avoir ces ressources financières externes, ou considérer que ce site n’est pas si rentable au final et décider de saborder ce projet malgré tout le travail accompli et un véritable espoir qu’il soit viable d’ici quelques mois.


C’est là que je vais faire un petit flashback 4 mois en arrière, pour vous expliquer comment l’idée du négoce de vin (deuxième activité historique de Legreener) a vu le jour. Juillet 2011, cela fait déjà quelques mois que nous sommes dans cette euphorie de développement d’activité de l’achat groupé. Un salarié m’explique qu’il a comme projet de réaliser un test sur de l’export de vin bio en Chine.
Interloqués nous poussons l’idée sur le papier et imaginons les tenants et aboutissants d’un tel projet, ainsi que les pivots transversaux entre notre activité principale et ce projet. Je le charge de développer plus encore l’idée, en restant en support sur certains aspects. Quelques semaines plus tard, je suis convaincu de la faisabilité et de la rentabilité d’un tel projet. Je lance par conséquent les premières démarches nécessaires en parallèle de notre activité d’achat groupé bio, et dépêche ce salarié sur les premières prises de contact du secteur.

négoce en chine

Hop flashback fini ! Revenons au présent (façon de parler). Ce second projet a en quelques sorte sauvé ma société à ce moment-là, puisque j’y ai vu une porte de sortie honorable. A la question posée quelques lignes au-dessus, j’avais dorénavant le choix d’arrêter ma première activité désormais mise à mal pour restructurer la société dans le négoce de vin. Ce fut ma décision finale.

S’en suivit une période, où en à peine quelques semaines, je me suis séparé du personnel qui n’était plus nécessaire à cette nouvelle activité, restructuré nos moyens pour s’adapter, etc…
Mais, il me manquait une carte maitresse pour réussir dans ce bouleversement, un associé qui vienne du secteur viticole. Je vous épargne les détails, mais une fois la personne trouvée, nous sommes fin prêt pour s’attaquer à ce nouveau marché.

En même temps qu’envoyer un de mes salariés en Chine, nous commençons à prospecter autour de nous pour vendre parallèlement à des professionnels en France. Après quelques semaines, le constat est le suivant : il est beaucoup plus simple et rapide de vendre à proximité qu’à l’autre bout du monde où nous sommes étrangers des règles et sans réseau réel.

Mais une petite voix intérieure siffle toujours à l’oreille : pourquoi ne pas revenir sur ton secteur d’origine, le e-Commerce mais dans le vin ? Nous avons toujours une partie des compétences en interne, et un réseau de sous-traitants à qui faire appel. Nous décidons de lancer en parallèle un site de vente en ligne de vin pour les particuliers.

vendre du vin online

C’est là que les choses sérieuses commencent en réalité. Nous avons brûlé le cash restant beaucoup trop vite pour développer ce sous-projet, car c’était l’espoir de rentabilité qui manquait avec cette douce crédulité sur la facilité de voir un projet internet rentable en à peine quelques mois. Il nous fallait un prêt de sorte à sécuriser le BFR sur les quelques mois à venir. Pendant que nous montions cette sous-activité, il devenait clair que l’objectif commun balançait peu à peu vers ce nouveau site, la vente à proximité étant un moyen de vendre de suite, mais qui ne serait pas à terme le plus rentable. Quant aux valeurs à l’origine de ma société, il n’en restait plus rien.

Cette phase fut le commencement où je n’y croyais plus moi-même, et où je n’assumais plus le rôle moteur du dirigeant mais celui du portefeuille ambulant irascible et impatient !

diriger le chaos

Une fois les premières ventes réalisées et la première phase de lancement finalisée, une dissension se fit alors entre mon associé et moi, de même qu’au sein de mes salariés, rendant impossible une collaboration future. N’ayant réussi à obtenir un prêt suffisant, je me vis alors dans l’obligation de faire table rase, restant le seul à vouloir sauver les meubles et ma société.

Voilà mon histoire, les pivots de l’aventure Legreener… et les fondations de mon nouveau projet !
Je détaillerai dans un prochain article mes plus grandes erreurs.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »

Scroll to top