sylvain tillon boulet

[CONFESSIONS INTIMES] Mes 5 plus grosses erreurs de communication

on mai 20 | in Mes erreurs | by | with 2 Comments

En 11 ans d’entrepreneuriat, j’ai multiplié les erreurs, tant commerciales, qu’en recrutement, qu’en association… ou encore en communication !

Voici une compilation de mes 5 plus jolies erreurs de communication :

1) Pourrir un client sur le web
Je crois que c’est ma plus belle. Suite à un échange téléphonique avec un client, je me suis lâché sur Facebook (comme souvent). Et j’ai décrit la situation dans laquelle j’étais et j’ai cité mon client. Tout était vrai. Or mon compte est « public ». Donc mon post a été repris par un blog à grosse audience pour se foutre de moi (en mode : « mais pour qui il se prend ce petit con à attaquer un tel client sur le net ? »).
Je n’ai peut-être pas précisé mais le client était une TRÈS, TRÈS grosse entreprise. J’ai d’abord reçu quelques alertes sur mon tel de copain m’indiquant que j’avais été cité dans le blog en question… Puis le téléphone s’est mis à sonner dans tous les sens. Le client était hors de lui !
Finalement, il a été assez intelligent et l’affaire est vite retombée dans l’oubli. Mais j’avais eu un bon coup de stress (je risquais un procès en diffamation) et j’ai eu droit à une belle gueulante de la part de mon associée et de mes collaborateurs !

Conclusion : Ne jamais citer un client quand on le pourrit sur le web ☺ (ça ne m’empêche pas de passer des coups de gueule sur Facebook ou mon blog, mais je fais un peu plus attention à ce que j’écris).

2) Réaliser une séance photo avec des amateurs
Pour une séance photo pour mes bijoux pour cheveux, j’avais trouvé 6 très jolies filles « au naturel » pour représenter la diversité des cheveux français. Je n’avais pas les moyens de payer 6 mannequins alors j’ai opté pour cette solution moins coûteuse. J’ai convié une maquilleuse free-lance et un photographe professionnel à cette séance.
Au final, ce fut une véritable catastrophe. Aucune des photos n’était réussie. Nous avions dépensé tout notre budget sur cette séance, avec une maquilleuse qui n’avait pas eu le temps de bien faire son travail, un photographe qui n’avait pas les bonnes conditions pour faire de jolies photos et des filles qui étaient très jolies « au naturel » mais beaucoup moins en photo !

Conclusion : Quand on tente une opération de communication, autant le faire bien et pour de vrai ! Les économies de bout de chandelle ne sont jamais de bonnes économies.

bijoux-cheveux-pose-facile-strass-swarovski-aurore-boreale

3) Signer une série de BD humoristiques sur l’univers de la communication
Au démarrage de Sydo, notre métier était de concevoir des supports pédagogiques (plutôt print) et d’animer des formations innovantes. Fan de BD (et fort du succès de Lucy et Valentin), nous avons proposé à un journal spécialisé dans la communication et le marketing de faire une série de BD sur l’univers de la communication. L’objectif était de diffuser un strip BD chaque semaine.
C’était plutôt marrant, chaque semaine, autour d’un déjeuner, on imaginait un scénario sur une histoire vécue ou sur une anecdote entendue. Nous avons diffusé 100 strips (pendant près de 2 ans et demi). Et franchement, j’en suis plutôt fier ☺
Mais quand on me dit encore aujourd’hui que Sydo est une agence de communication par la BD, je me dis que j’ai raté quelque chose !

Conclusion : Attention à l’image renvoyée par votre communication !
La notoriété, c’est bien, mais si vous communiquez mal sur votre métier… On ne vous appellera jamais pour votre véritable valeur ajoutée.

strip intermedia

4) Organiser « seul » une conférence petit déjeuner chez un grand chef
Un grand classique ! Pas de budget pour engager une agence de RP, j’ai cru que je pouvais organiser ma propre conférence et faire déplacer une foule de journalistes.
Déjà, premièrement, j’étais à Lyon, alors difficile (pour ne pas dire impossible) de faire venir des journalistes parisiens. Deuxièmement, j’avais beau avoir quelques contacts, mon actu était plutôt sympa (lancement d’une nouvelle collection de bijoux pour cheveux avec un créateur de mode), mais j’étais encore un tout petit projet…
Evidemment, très peu de journalistes sont venus : 5 ou 6 de mémoire. C’est déjà pas mal. Mais c’était principalement des journalistes de la presse économique (encore une autre erreur, celle de ne pas avoir su orienter ma communication vers des journalistes de mode).

Conclusion : Les conférences, ça ne se fait plus trop… Sauf pour annoncer un événement « énorme » ! Et il faut impérativement être accompagné pour s’assurer d’une bonne présence de journalistes (et encore ce n’est pas garanti).
Au moins, le petit déjeuner était délicieux 😉

5) Avoir trop essayé de me défendre sur mon procès
18 mois après avoir lancé Lucyf’Hair, un concurrent « jaloux » m’a attaqué pour contrefaçon, concurrence déloyale et parasitisme ! Il me réclamait 200.000€ de dommages et intérêts, arrêt de la production et arrêt de la distribution de mes produits.
Cette histoire m’a énormément fait perdre d’énergie. Et plus on m’en parlait, plus j’en parlais. Et pourtant, il aurait fallu que j’arrive à faire abstraction. Parce que comme tout procès, c’est un peu technique et soit votre interlocuteur a 2 heures devant lui pour comprendre les tenants et les aboutissants, soit il se souviendra juste qu’un concurrent vous attaque en contrefaçon. Et comme on dit qu’il n’y a jamais de fumée sans feu…
Pourtant, ce concurrent a perdu le procès en 1ère instance et a été condamné à des dommages et intérêts pour procédure abusive. Et il nous a envoyé un chèque 2 jours avant la date de l’audience de l’appel pour annuler la procédure !

Conclusion : Il faut réussir à évacuer ce type de souci pour se concentrer sur son business, sur la qualité de ses produits et sur les projets à venir. Plus facile à dire qu’à faire. Mais si ça devait m’arriver à nouveau (je touche du bois pour ne pas vivre de nouveau procès), j’espère que j’y arriverai !

J’espère que ces 5 « erreurs » vous ont fait sourire (oui, je suis un boulet) et vous ont aussi fait réfléchir (pour que vous ne les reproduisiez pas). N’hésitez pas à venir partager en commentaire votre plus grosse erreur de com’ !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

2 Responses

  1. […] En 11 ans d’entrepreneuriat, j’ai multiplié les erreurs, tant commerciales, qu’en recrutement, qu'en association… ou encore en communication !  […]

  2. Renaud dit :

    Toujours un plaisir de lire tes anecdotes business 😉 et surtout tes loupés…

    Dans la série des décalages de communication : croire que parce qu’on a des supers papiers dans la presse ultraspecialisee d’internet, qu’on va se faire plein de clients dans la foulée…manque de bol ce n’st pas du tout la meme cible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »

Scroll to top